Wilaya Sinaï – ولاية سيناء

Banner

Historique

Le Sinaï est la péninsule reliant le continent Africain au continent asiatique, c’est également un lieu chargé d’histoire, inutile donc de vous raconter celle de la traversée de Moïse et du peuple Juif (enfants d’Israël pour les musulmans) en ce lieu montagneux, prophète des 3 grandes religions abrahamiques. En revanche, il est plus intéressant de revenir sur l’histoire récente du Sinaï et notamment de l’interaction avec la Palestine, Israël et l’Égypte, car c’est l’une des clés permettant de comprendre la situation actuelle.

Un excellent article d’orient XXI retrace l’imprégnation du djihad au Sinaï, d’abord contre Israël et en faveur d’un État palestinien, pour finir par se tourner vers l’idéologie du Tawhid au sens le plus strict dont l’État Islamique se revendique haut et fort.

C’est donc au cours du mois de Novembre 2014 que le groupe Ansar Beit Al Maqdis (Les partisans de Jérusalem) prête allégeance en grande majorité à l’État Islamique via un communiqué audio. À cette occasion, le groupe publie une vidéo retraçant toutes les actions menées par le groupe (accrochages, bypass shooting, pilonnage au mortier, IED contre les convois militaires). Cette vidéo se termine par une longue séquence mettant en scène un attentat suicide puis l’assaut d’une position de l’armée égyptienne située à proximité de Cheikh Zuweid, tuant au total 30 soldats égyptiens.

À la suite de cette allégeance, la nouvelle Wilaya Sinaï continue ses opérations de déstabilisation des forces de sécurité, en reprenant les mêmes schémas d’actions, attentats suicides, attaques ciblées, assassinats, IED. Ce type d’actions se poursuit de l’allégeance jusqu’au 1er Juillet 2015. À cette date, l’EI mène une offensive simultanée sur une quinzaine de positions de l’armée égyptienne et parvient à s’introduire temporairement dans la ville de Cheikh Zuweid. La bataille de plusieurs heures coûte la vie à près de 74 soldats et 100 djihadistes selon les chiffres officiels et force le gouvernement égyptien à utiliser son aviation pour repousser les djihadistes.

Attaques et expansion

Ces attaques de nature variées ont lieu en moyenne tous les 5 jours depuis la remontée des tensions suite à la chute de du président Morsi, avec des périodes d’accalmie pouvant durer 1 mois. Depuis la déclaration d’allégeance, le cycle des attaques majeures (attaque causant la mort de plus de 10 personnes) est d’environ 3 mois; cela montre une préparation minutieuse de la part de la Wilaya pour faire le maximum de dégâts dans les forces égyptiennes. Ce tempo montre également une détermination certaine de la part des djihadistes.

PertesSinai
Pertes des forces de sécurité, policiers et militaires (également 3 juges sont comptabilisés, tués le 16 mai 2015 )

Alors que la plupart des attaques s’effectuaient avec des armes relativement légères, l’EI au Sinaï s’est procuré plusieurs armements lourds et notamment des missiles antichar Kornet (Code OTAN : AT-14 Spriggan) et des missiles antiaériens portables Igla-S (Code OTAN : SA-24 Grinch). Ces armes, très récentes, proviennent de Libye et traversent le désert égyptien jusqu’en Alexandrie, puis partent vers le Sinaï et vont jusqu’à Gaza pour une partie d’entre elles; elles viennent également du Soudan voisin ou même de Jordanie.

Chemins empruntés par les trafiquants d'armes pour alimenter le Sinaï et Gaza.
Chemins empruntés par les trafiquants d’armes pour alimenter le Sinaï et Gaza.

Depuis l’Été 2015, celui-ci a de plus en plus recours à ces armes pour attaquer l’armée égyptienne, notamment ses blindés (chars M-60 et VTT M-113), mais également ses voilures tournantes (AH-64 Apache).

IS_Sinai_Kornet1
Tir d’un Missile Kornet contre un patrouilleur de la Marine égyptienne
IS_Sinai_Kornet2
Tir d’un Missile Kornet contre un patrouilleur de la Marine égyptienne
IS_Sinai_Kornet
Tir d’un Missile Kornet contre un char M-60 de l’Armée égyptienne
IS_Sinai_Kornet4
Tir d’un Missile Kornet contre un char M-60 de l’Armée égyptienne
Tir d'un Missile Igla-S contre un Apache de l'Armée Égyptienne
Tir d’un Missile Igla-S contre un Apache de l’Armée égyptienne
Tir d'un Missile Igla-S contre un Apache de l'Armée Égyptienne
Tir d’un Missile Igla-S contre un Apache de l’Armée égyptienne

Au début de l’année 2015 l’EI était surtout cantonné aux zones désertiques, celui-ci s’est d’avantage implanté dans les villages situés à proximité des villes de Cheikh Zuweid et Al-Arish. Dans la vidéo « La récolte des soldats » sortie le 1er Septembre 2015, l’EI montre ses convois de pick-up y défiler librement, la population montrant des signes de sympathie à leur égard. En réponse à la diffusion de la vidéo, l’État Major égyptien déclenche l’opération « Droits des Martyrs » visant à éliminer la présence de l’EI dans la zone.

IS-territorialSinai1 IS-territorialSinai2 IS-territorialSinai3 IS-territorialSinai4

captures d’écran de la vidéo « La récolte des soldats » montrant les convois de l’EI défiler dans les zones habitées.

Checkpoints installés dans les zones habitées.

Depuis quelque jours, l’EI vise les hauts responsables locaux du gouvernement égyptien: ainsi, deux généraux ont été assassinés par des commandos armés. Ce n’est pas la première fois que l’organisation vise de tels responsables: sous la banière d’Ansar Bait Al-Maqdis, un général attaché au Ministère de l’intérieur et un Lieutenant-Colonel des forces antiterroristes avaient été tués par le groupe; le Ministre de l’Intérieur avait quant à lui échappé de peu à un attentat à la bombe. Les leaders tribaux coopérant avec le gouvernement sont également visés par une campagne d’assassinats ciblés (1)(2).

CPDjvAEUkAEozWi
Revendication de l’assassinat du Général de Brigade Khaled Osman par la Wilaya Sinaï
CPVbwOiWIAAVIq-
Revendication de l’assassinat du Général de Brigade Ahmed Askar par la Wilaya Sinaï

Ces assassinats interviennent en pleine campagne antiterroriste, donnant l’image d’un gouvernement égyptien incapable d’endiguer le phénomène. Alors que la fin de l’opération a été annoncée le 22 Septembre 2015, l’EI était toujours en mesure de mener des attaques. De sources dissidentes, des attaques ont ciblé Al-Arish et la base militaire d’Az-Zohour au sud de Cheikh Zuweid quelques heures après la déclaration de l’État-Major égyptien.

Guerre des communiqués

Dans ce conflit, la communication prend également une part importante: le gouvernement tente de peindre l’action du groupe comme un complot venant de l’étranger ou des Palestiniens. En riposte, l’EI souligne la coopération renforcée entre l’Égypte et Israël, ce dernier étant très impopulaire dans les pays arabes.

Capture d'écran d'une vidéo de propagande de l'EI au Sinaï soulignant la coopération sécuritaire entre Israël et l'Égypte.
Capture d’écran d’une vidéo de propagande de l’EI au Sinaï soulignant la coopération sécuritaire entre Israël et l’Égypte.

Pour faire médiatiquement face à la montée en intensité des attaques, le commandement des forces armées riposte avec des communiqués annonçant de nombreuses pertes parmi l’adversaire. Malheureusement, en l’absence de sources indépendantes, ces chiffres sont difficiles à vérifier et certains journalistes soupçonnent de compter les pertes civiles dans le nombre de terroristes tués; de plus, la cohérence des chiffres laisse des doutes en comparant les pertes annoncées et la taille réelle de l’organisation au Sinaï. Depuis le 1er Septembre, date de déclenchement de l’opération « Droits des Martyrs », près de 421 terroristes ont été annoncés abattus, les chiffres des terroristes abattus durant les mois précédents sont:

  • Janvier – Mars: 333,
  • Avril – Juin : 187,
  • Juillet : 320,
  • Août : 1.

Ce qui représente un total de 1262 morts dans les rangs adverses; mais les attaques n’ont pas faibli comme le montre le graphique précédent, de plus le groupe continue d’étendre son influence sur la zone entre Al-Arish et Rafah.

Pire encore, depuis le 1er Juillet, plus aucun civil n’apparaît dans le décompte des morts, quelques sources dissidentes viennent contredire les sources officielles sur les victimes civiles de l’insurrection au Sinaï. Les relations entre la population locale et les forces de sécurité se sont davantage dégradées avec les nombreuses tentatives de fermeture des tunnels entre Gaza et l’Égypte, des centaines d’habitations ont été détruites pour établir une zone tampon, avec des compensations dérisoires (quelques centaines de dollars). Récemment, le gouvernement égyptien a décidé d’inonder la zone pour détruire les tunnels, produisant des conséquences désastreuses sur l’environnement et les constructions frontalières à Gaza. Ces actions récentes viennent s’ajouter à un contexte déjà tendu entre les bédouins, se sentant exclus et le gouvernement, sourd aux revendications de la population.

Les forces de sécurité sont également accusées d’avoir commis des exactions envers les populations locales, dans la première vidéo de la Wilaya Sinaï, un extrait vidéo montre des soldats égyptiens battre des bédouins (ils ont été arrêtés pour avoir violé le couvre-feu à Al-Arish, ils seront retrouvés mort plus tard); cet extrait est utilisé pour justifier l’exécution d’un soldat égyptien.

exemple d’une vidéo officielle du gouvernement égyptien datant du 22 Septembre 2015, on y voit un gros déploiement de troupes, pas de combats, quelques véhicules supposés ennemis détruits.

Le gouvernement égyptien a également renforcé ses lois visant à réprimer les voix dissidentes durant le mois de Juillet dans le cadre d’un projet de loi antiterroriste. De fait, tout journaliste contestant la version officielle du gouvernement sera poursuivi et les peines sont lourdes (2 ans de prison minimum). Cette répression de la liberté de presse a pour conséquence d’offrir une tribune inespérée pour l’État Islamique au Sinaï qui sera quasiment le seul autre groupe influent en mesure d’offrir une autre version des événements au Sinaï.

Gaza, le voisin en difficulté

Alors que les blocus égyptiens et israéliens entretiennent une pression de plus en plus grande sur la bande de Gaza, les salafistes, réprimés depuis plusieurs années déjà se rebiffent contre le Hamas. Ce courant profite de l’impopularité grandissante du Hamas, accusé de corruption et de vouloir uniquement le pouvoir, pour déstabiliser de plus en plus le gouvernement du Hamas en attaquant Israël pour forcer Tsahal à répliquer militairement sur le Hamas. La connexion avec les djihadistes du Sinaï s’opère par le fait que certains leaders salafistes seraient sous sa protection et dirigeraient les opérations depuis la région.

Un changement de stratégie est également à noter: alors que les attaques d’Ansar Bait Al Maqdis visaient d’autres parties du Sinaï, depuis l’allégeance à l’État Islamique, les attaques se sont concentrées sur la région allant d’Al-Arish à Rafah. Ce changement n’est pas anodin, c’est la zone directement contiguë avec la bande de Gaza.

Perimetre-sinai

Perspectives

Les schémas d’attaques, les techniques employées, le harcèlement de plus en plus pesant sur les forces de sécurité, les assassinats de notables, la prise de contrôle progressive du terrain et la sympathie gagnée aux yeux de la population, sont très similaires aux événements qui ont eu lieu à Anbar de fin 2013 au printemps 2014. L’intensité des attaques se fait de plus en plus grande, l’EI utilise de l’armement lourd et des explosifs improvisés pour contrer les blindés égyptiens, tout comme à Anbar face aux forces irakiennes. Les assassinats pour décapiter les structures de commandement et d’administration se multiplient. En reprenant l’historique des attaques précédentes, il est fort probable que la Wilaya Sinaï prépare des attaques d’envergure dans les semaines à venir et très probablement durant le mois d’Octobre, si l’on suit la logique des pauses de 3 mois observées depuis presque 1 an.

Le but ultime serait de mettre fin à la présence de l’armée égyptienne aux frontières avec Gaza et briser de fait le blocus en vigueur depuis plusieurs années. Une fois cette opération réalisée, l’EI peut s’introduire dans Gaza et y installer un gouvernement local ainsi qu’une base d’opération avancée afin de poursuivre les activités d’expansion futures au Sinaï et dans le reste de l’Égypte si l’objectif est atteint.

La symbolique de cet événement potentiel aura de grandes répercussions médiatiques. Jusque là, Gaza était isolée et sous embargo, la population vit très sévèrement les restrictions imposées, amplifiées par les détournements opérés par le Hamas. Une rupture de cet embargo pourrait générer un élan de sympathie à l’égard de l’État Islamique, là où la Turquie, le Hamas, l’Iran et les pays du Golfe ont échoué, l’EI s’affirmerait comme un acteur politique de poids dans cette région où il reste très minoritaire malgré son expansion.

Cette perte de contrôle total de la part du gouvernement égyptien pourrait entraîner des émules dans les pays voisins, notamment le Soudan, sa gouvernance actuelle souffre de contradictions vis-à-vis d’un Islam strict encouragé et un besoin de maintenir l’équilibre pour ne pas être débordé par les Salafistes. L’instabilité guette le pays et le fossé se creuse entre les puissants Janjawid et le gouvernement, des Soudanais partent en groupes pour rejoindre l’État Islamique en Libye ou en Syrie, tous ces paramètres viennent s’ajouter à la mauvaise situation économique du pays, également frappée par la baisse des prix du pétrole.

L’instabilité pourrait également gagner la Jordanie déjà fragilisée par la crise des réfugiés et la guerre en Syrie, où le souverain est perçu comme de plus en plus impuissant malgré ses sorties médiatiques. Dans la ville de Ma’an au Sud du pays, l’EI y est très populaire et la situation avec les forces de sécurité y est très tendue. L’installation d’un territoire djihadiste à proximité du Sud du pays fragiliserait encore plus le pays, déjà très inquiet de la présence de l’État Islamique à ses frontières du Nord.

En l’absence d’une amélioration de la situation, c’est potentiellement une région stratégique qui pourrait tomber sous le contrôle de l’EI. Il faut tout de même garder à l’esprit que nous ne sommes pas encore arrivés au stade supérieur mais les indicateurs ne sont pas bons pour le gouvernement égyptien. Si ce dernier ne change pas de cap afin d’améliorer la situation politique, les prochaines tentatives pour endiguer le phénomène seront vaines.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s